Developed by Ext-Joom.com



C'est avec consternation que nous apprenons la nouvelle, révélée par un sondage de lfop pour notre confrère Ouest-France : plus de 4 français sur 10 seraient prêts à confier les rênes du pays à des gens compétents. Un aveu d'échec du travail de pédagogie du gouvernement et des institutions chargées de manipuler le peuple.

 

« Cela exprime l'incapacité des organes de censure de l'information et de propagande progressiste à forger l'opinion », analyse Jérôme Fourquet, directeur du département Opinion publique de l'Ifop. « Ce qui est nouveau, c'est que même les plus diplômés commencent à mettre en cause le bourrage de crâne que leur ont imposé leurs professeurs. Et 85% pensent que les électeurs et les citoyens n'ont pas assez de pouvoir. C'est préoccupant, la démocratie va disparaître si le peuple veut diriger le pays », conclut-il.

En analysant les données du sondage en détail, nous nous apercevons que les sympathisants des Républicains (55%) et du Rassemblement National (52%) sont une majorité à partager le désir d'un « pouvoir compétent ». C'est tout à fait normal, « la droite ce sont les méchants », analyse brillamment Nonna Mayer, directrice de recherche émérite au CNRS et politologue spécialisée dans les questions de démocratie.

Ce sondage doit sonner comme un avertissement sévère pour le gouvernement. Les mesures prises pour contrôler l'opinion publique et les fausses informations dans les médias échouent à préserver la démocratie. La future loi qui permettra au CSA de censurer internet est une réponse pertinente, mais insuffisante au regard des enjeux.
Le scénario du pire est toujours possible : Jaïr Bolsonaro a remporté l'élection présidentielle brésilienne parce que les précédents gouvernements ont négligé de suffisamment manipuler le peuple pour lui faire gober qu'un candidat de droite allait établir un régime fasciste totalitaire.

A l'inverse, inspirons-nous de l'élection du président du Venezuela Nicolas Maduro, qui est un exemple de fonctionnement démocratique et de respect des institutions. En effet, des comités politiques quadrillent le territoire, les gens d'extrême-droite sont traqués et fuient le pays par millions, les médias ne diffusent aucune fausse information grâce à un contrôle rigoureux. Le pouvoir assure ainsi la décroissance écologique, la baisse des inégalités et la diminution du temps de travail, dans l'esprit de la candidature de Benoît Hamon en 2016.

Si le travail de culpabilisation et de manipulation des français ne retrouve pas son efficacité, qui sait, aux prochaines présidentielles, nous pourrions assister à l'élection d'un président capable de répondre à leurs attentes, ce qui serait un vrai camouflet pour Emmanuel Macron, mais surtout pour la démocratie.

Comments powered by CComment