Developed by Ext-Joom.com



L'attentat du 11 décembre sur le marché de Noël de Strasbourg qui a fait trois morts n'a pas réjoui que les islamistes : Emmanuel Macron est heureux lui aussi. Il peut enfin retrouver une carrure présidentielle et instrumentaliser l'attaque pour stigmatiser les Gilets Jaunes, qui seraient responsables du détournement des moyens policiers.

 

La soirée du mardi 11 décembre a été plutôt festive à l’Élysée. Après avoir été informé par ses services d'un attentat islamiste meurtrier sur le marché de Noël de Strasbourg, Emmanuel Macron a préparé une petite soirée dans son bureau avec Brigitte, le premier ministre Édouard Philippe, ainsi que son conseiller de l'ombre Alexis Kohler.

« Enfin, ils vont me voir comme un président, ces gueux ! », affirme-t-il. « C'est bon pour votre popularité, et vous savez quoi ? On va pouvoir culpabiliser les Gilets Jaunes et les discréditer auprès de l'opinion après ce qui s'est passé ! On dira : vous êtes irresponsable de manifester après une telle tuerie, la menace islamiste est plus forte que jamais, vous empêchez les policiers de s'occuper du terrorisme ! », répond Edouard Philippe. Emmanuel Macron ajoute dans un rictus « Alors qu'on a dit aux policiers de maltraiter les Gilets Jaunes pour les énerver, et qu'on puisse ensuite critiquer leurs réactions ».

« Dommage, ça n'avait pas marché, c'était pourtant une bonne stratégie. Mais là avec un attentat islamiste, avec des morts, l'opinion des français va se retourner, ils vont dire : regarder, vous attaquez nos policiers qui ne peuvent plus nous protéger des attentats ! ».

« Et ils diront : quel merveilleux chef nous avons, un homme avec une stature présidentielle », ajoute Alexis Kohler, mielleux.

« Alors que c'est nous qui avons employé ces moyens de dingue, qui tapons sur ces petits gaulois réfractaires pendant que dans les banlieues ils peuvent tout casser et faire leurs trafics depuis des années. », conclut Emmanuel Macron.

La petite coterie éclate de rire. Un serveur en habit remplit les coupes de champagne, qui résonnent aussitôt du son pur du cristal lorsque nos amis trinquent.

Comments powered by CComment