Developed by Ext-Joom.com

 

 

Suivant les recommandations de Jacques Toubon, le Défenseur des Droits, le gouvernement envisage d'accueillir plus de migrants, dans un esprit d'ouverture et d'humanité.

 

Critiqué pour avoir mené une politique trop dure à l'encontre des migrants par certains membres de sa majorité, Emmanuel Macron veut donner un signal fort avant les élections européennes en direction de son aile gauche. Il souhaite donc accueillir davantage de réfugiés. Hors de question de la jouer petits bras cette fois.

Dans une conférence de presse à l'issue d'une rencontre avec Olivier Le Roy, président de France Terre d'Asile, et de volontaires de l'Aquarius, il présente son ambitieux plan : un milliard d'africains, soit 86% de la population du contient, devra être accueilli en France d'ici 2020. Devant les objections d'un journaliste de Valeurs Actuelles qui lui rappelait que 54% des français étaient opposés à l'accueil de migrants en France, il déclare : « Je ne céderai pas ! Et que les français arrêtent de se plaindre ! Qu'ils comparent leur niveau de vie à celui des paysans africains confrontés à la sécheresse ! Nous les accueillerons à bras ouverts ! Ce n'est pas grand chose un milliard d'individus pour un pays comme la France ! ».

Dans les prochains jours, Philippe Castaner devrait présenter les financements et les dispositifs d'accueil. Certaines de nos sources bien informées au ministère parlent d'un budget de 1000 milliards d'euros financé, entre autres par le doublement de la TVA et un nouvel impôt spécial.

Un projet de loi interdisant la critique de cette mesure est également prévu : il faut bien combattre le discours de haine.

Write comment (0 Comments)

 Résultat de recherche d'images pour "images libres de droit justice"

 

Ce sont les propos que la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, a tenus aux journalistes de « l'IMmonde ». Rappelons que l'exécutif a déjà une grande influence dans le choix des procureurs, en témoigne la nomination de Rémy Heitz à la place de François Molins à Paris.

Cependant, la garde des Sceaux juge que c'est insuffisant. « Imaginez qu'un juge décide de donner raison au Rassemblement National ou à la France Insoumise. Pire, qu'une enquête soit ouverte contre un membre du gouvernement. Nous ne pouvons pas prendre le risque que les extrémistes gagnent des points dans les sondages. », explique-t-elle à nos confrères, qui sont revenus rassurés de cet entretien.
En effet, la République En Marche fait preuve d'une grande lucidité en ce qui concerne la nécessité de préserver la démocratie de ses ennemis.

Write comment (0 Comments)