Imprimer
Catégorie : Société
Affichages : 410

Un journaliste américain décapité par un djihadiste de l’Etat islamique en Syrie

Le ministre de l'Intérieur veut que les djihadistes qui doivent revenir de Syrie se sentent comme à la maison : des pistolets mitrailleurs Uzi leur seront mis à disposition lorsqu'ils arriveront en France, sous réserve qu'ils apportent une preuve de leur engagement contre Bachar El-Assad.

 

Après l'annonce du rapatriement de tous les enfants des djihadistes, Christophe Castaner ne compte pas en rester là. Jugeant qu'ils seraient malheureux sans leurs pères, il souhaite que ces derniers puissent aussi revenir en France, afin de les éduquer selon les préceptes de leur culture.

« Environ 700 Français sont partis faire le djihad, environ 300 sont morts sur place. Il reste selon nos chiffres 258 adultes qui pourraient revenir. (…). Il vaut mieux les accueillir, leur donner des armes et faire en sorte qu'ils se sentent bien chez nous pour qu'ils n'aient pas envie de récidiver », explique-t-il à l'IMmonde. « De toutes façons, ce sont des attaques faciles à faire et difficile à défaire, s'ils en ont envie, ils le font, on n'y peut rien que voulez-vous. », conclue Christophe Castaner.

Le ministre s'exprime ensuite sur la prise d'otages dans l'Aude qui a coûté la vie à Arnaud Beltrame : « Après deux ans de filature, de suivi, il n'y avait plus d'éléments qui justifiaient de maintenir une surveillance [sur Radouane Lakdim]. Et pourtant, il a frappé. Mais on n'allait quand même pas le garder en prison ou l'expulser dans son pays le pauvre garçon. ».

Comme nous sommes désarmés face aux djihadistes, surtout depuis le récent revirement de la CEDH, il est préférable de leur donner toute l'écoute nécessaire à leurs besoins, afin qu'ils se sentent bien. Leurs armes pourraient leur manquer, de même que leurs camps d'entraînement, c'est pourquoi des centres militaires désaffectés pourraient être mis à leur disposition.

Nous devons leur être reconnaissants d'avoir combattu notre principal ennemi : Bachar El-Assad, qu'Emmanuel Macron déteste parce que Poutine le protège. C'est pourquoi ils méritent bien quelques faveurs. Et s'ils tuent quelques gendarmes ou quelques enfants juifs dans des écoles, c'est un risque à prendre pour leur donner une chance de se réinsérer socialement.