Developed by Ext-Joom.com

L'affiche a depuis été retirée. / Capture d'écran Twitter

Anne Hidalgo était furieuse : une publicité pour de la lingerie Aubade montrait un fessier féminin en gros plan. Elle a donc saisi la justice en référé pour faire enlever ces affreuses affiches sexistes. Le tribunal a donc ordonné que le sous-vêtement soit présenté sur un fessier noir masculin, ce qui ravit tant la maire que les conseillers de Paris.

 

La maire de Paris Anne Hidalgo est féministe, et elle le fait savoir. Lorsqu'elle a aperçu une publicité pour de la lingerie montrant un sous-vêtement féminin sur un fessier féminin, ni une ni deux, son sang n'a fait qu'un tour : elle a saisi le juge des référés pour qu'il fasse rapidement retirer cette affiche offensante, pendant que son adjointe Hélène Bidard tweetait :

Sérieusement les#GaleriesLafayette@Galeries_Laf, en 2018, en pleine vague #Metoo et à quelques jours de #Noël, vous n'avez rien de mieux à afficher que les fesses d'une #femme sans visage ?! Je demande le retrait immédiat de cette campagne#sexiste !!!

Le tribunal, sur la même longueur d'onde que la mairie, a donc décidé que ces affiches devaient être retirées, et remplacées par un fessier noir masculin, afin d'éviter les stéréotypes qui avilissent les femmes et discriminent les minorités ethniques et sexuelles.

Interrogé par notre journal, Ian Brossat, maire-adjoint chargé du logement, témoigne : « le tribunal a affirmé haut et fort que les publicités discriminatoires devaient être bannies du territoire parisien, je suis très satisfait. Il n'y a aucune raison qu'un sous-vêtement soit classé comme féminin ou masculin, ça témoigne d'une mentalité rétrograde. Et avouez, c'est quand même plus beau, des belles fesses de mâle black », conclut-t-il, l'oeil pétillant.

Nul doute que sur ce point, notre président de la République trouvera un terrain d'entente avec la mairie de Paris...

Comments powered by CComment