Developed by Ext-Joom.com

Image associée

La réunion devait rester secrète, mais l'IMmonde en a obtenu un enregistrement de source fiable. Le Plaza-Athénée, luxueux palace parisien, accueillait mardi 29 janvier dans un salon privé un petit comité de bons amis : le Premier Ministre Edouard Philippe, Thomas Buberl, PDG d'Axa, Thierry Martel, PDG de Groupama, Guillaume Sarkozy, PDG de Malakoff Mederic, et l'innénarable Chantal Perrichon, présidente de la Ligue Contre la Violence Routière. Tous sirotaient une coupe de champagne tout en se régalant de pâtisseries fines préparée par l'illustre maison. « A nos bénéfices ! », s'exclamaient-t-il, trinquant dans un rire gras.

 

Le mardi soir, la petite fête a duré très longtemps. Notre source a dû terminer son service lorsqu'une dizaine de jeunes femmes en petite tenue et un jeune homme très musclé ont été introduits par la sécurité dans le salon privé, nous privant de la croustillante fin de soirée. Mais elle a néanmoins réussi à enregistrer les propos tenus par les convives, dont l'objet de la fête était la hausse des bénéfices des assurances suite aux nouvelles mesures de répression routière, et notamment la nouvelle limitation à 80km/h sur les routes secondaires.

« Bravo mon petit gars, je suis fier de toi ! Tu as tenu bon face aux critiques ! Tu vas voir la surprise qu'on t'a payée pour ta fin de soirée ! Et tes travaux pour ton manoir de Honfleur seront terminés d'ici quelques mois ! », entend-on dire Guillaume Sarkozy. Ses amis PDG répètent à sa suite : « Bravo ! Félicitations ! ».

L'oeil pétillant, le Premier Ministre reste modeste. « Chantal m'a bien aidé aussi, elle a préparé le terrain, elle a même réussi à embobiner le patron avec ses boniments larmoyants ! ».

- C'est quand même toi le Premier Ministre, je ne suis qu'une simple présidente d'association, je ne ferais rien sans les généreuses donations de ces messieurs, rétorque la vieille femme en désignant les hommes d'affaires.

- Mais toi aussi tu as toute notre gratitude, et tu seras personnellement récompensée !, promet Thomas Buberl avec son accent germanique.

Un serveur remplit à nouveau les coupes de champagne en sortant le magnum millésimé du seau à glace. Un autre dessert les assiettes vides. Un troisième en amène de nouvelles, tandis qu'un quatrième amène macarons et petits-fours sur des porte-plateaux en argent.

Des rires de jeunes femmes retentissent dans le couloir, mais notre source ainsi que les serveurs sont invités à sortir de la salle par les gardes du corps du Premier Ministre.

Comments powered by CComment