Developed by Ext-Joom.com

Un journaliste américain décapité par un djihadiste de l’Etat islamique en Syrie

Le ministre de l'Intérieur veut que les djihadistes qui doivent revenir de Syrie se sentent comme à la maison : des pistolets mitrailleurs Uzi leur seront mis à disposition lorsqu'ils arriveront en France, sous réserve qu'ils apportent une preuve de leur engagement contre Bachar El-Assad.

 

Après l'annonce du rapatriement de tous les enfants des djihadistes, Christophe Castaner ne compte pas en rester là. Jugeant qu'ils seraient malheureux sans leurs pères, il souhaite que ces derniers puissent aussi revenir en France, afin de les éduquer selon les préceptes de leur culture.

« Environ 700 Français sont partis faire le djihad, environ 300 sont morts sur place. Il reste selon nos chiffres 258 adultes qui pourraient revenir. (…). Il vaut mieux les accueillir, leur donner des armes et faire en sorte qu'ils se sentent bien chez nous pour qu'ils n'aient pas envie de récidiver », explique-t-il à l'IMmonde. « De toutes façons, ce sont des attaques faciles à faire et difficile à défaire, s'ils en ont envie, ils le font, on n'y peut rien que voulez-vous. », conclue Christophe Castaner.

Le ministre s'exprime ensuite sur la prise d'otages dans l'Aude qui a coûté la vie à Arnaud Beltrame : « Après deux ans de filature, de suivi, il n'y avait plus d'éléments qui justifiaient de maintenir une surveillance [sur Radouane Lakdim]. Et pourtant, il a frappé. Mais on n'allait quand même pas le garder en prison ou l'expulser dans son pays le pauvre garçon. ».

Comme nous sommes désarmés face aux djihadistes, surtout depuis le récent revirement de la CEDH, il est préférable de leur donner toute l'écoute nécessaire à leurs besoins, afin qu'ils se sentent bien. Leurs armes pourraient leur manquer, de même que leurs camps d'entraînement, c'est pourquoi des centres militaires désaffectés pourraient être mis à leur disposition.

Nous devons leur être reconnaissants d'avoir combattu notre principal ennemi : Bachar El-Assad, qu'Emmanuel Macron déteste parce que Poutine le protège. C'est pourquoi ils méritent bien quelques faveurs. Et s'ils tuent quelques gendarmes ou quelques enfants juifs dans des écoles, c'est un risque à prendre pour leur donner une chance de se réinsérer socialement.

 

Write comment (0 Comments)

Foule de gens habillés en blanc et rouge au festival d’été de Bayonne (fêtes de Bayonne), France : Photo

Des manifestants venus principalement du sud-ouest et du nord de la France étaient réunis place de la Bastille pour protester contre les agressions inacceptables dont ils sont victimes.

 

C'est dans une ambiance bonne enfant que s'étaient rassemblées des victimes de violences glottophobes ce samedi à Paris, pour dénoncer l'inaction des pouvoirs publics et l'indifférence de leurs concitoyens. Les bérets basques et les accordéons se mêlaient aux baraques à frites amenées spécialement pour l'occasion.

« Oui madame, j'ai été agressé par un boulanger quand je me suis rendu en Bretagne pendant les vacances cet été ! Il a éclaté de rire quand je lui ai demandé deux chaussons aux pommes, et il m'a demandé de répéter, il m'a dit qu'il ne comprenait rien. Et je n'ai pas été servi, j'ai dû repartir bredouille », nous explique un petit homme brun moustachu avec un béret. Notre reporter sur place n'a rien compris non plus, mais heureusement nos experts ont pu traduire ses propos.

Une grande blonde très forte au visage rougeoyant fend la foule et vient témoigner à son tour. « Il faut que ça s'arrête ces discriminations ! On n'en peut plus. Quand j'ai voulu demander un prêt à la banque, on m'a dit qu'ils n'en accordaient jamais à ceux qui sont aux RSA ! ».

Consternés par tant de violences et de discriminations, nous tentons de rassurer nos interlocuteurs en leur rappelant le projet de loi de la députée LREM Agathe Avia visant à criminaliser les agressions glottophobes, avec la bénédiction de notre président bien-aimé, Emmanuel Macron.

« C'est bien beau, mais ça se suffira pas une loi, il faut éduquer les enfants à l'école, qu'on leur apprenne que c'est tout à fait normal d'avoir un accent différent. Sinon les agressions continueront. Il faut qu'on enseigne plusieurs accents dans les écoles, à côté des langues ! », conclue avec un très fort accent alsacien un vieil homme au visage buriné par le soleil et le gewurtzstraminer.

Write comment (0 Comments)

Résultat de recherche d'images pour "images libres de droit terrorisme"

Les journaux télévisés ont pris soin de travestir les attaques terroristes régulières en actes de « déséquilibrés » afin de ne pas stigmatiser certaines populations et de ne pas effrayer les français, mais la menace terroriste reste malgré tout élevée.

 

« Nous avons pourtant pris soin de ne pas écorner le vivre-ensemble, nous luttons contre la stigmatisation. Mais les agressions au couteau contre les français ne s'arrêtent pas. C'est inexplicable. »,s 'étonne Julian Bugier, qui présente le 20h sur France 2. En effet, de nombreuses attaquent au couteau sont perpétrées régulièrement, en particulier dans les grandes villes. « Ma stratégie, c'est cinq secondes consacrées au sujet en fin de journal, et hop, les français ne s'en rendent pas compte ! C'est incroyable ce qu'ils sont cons. Et c'est tant mieux, ça évite qu'ils se posent trop de questions. D'ailleurs le président de la République m'a appelé il y a quelques jours pour me féliciter de mon professionnalisme. », confie-t-il à notre journaliste.

Interrogé par nos journalistes sur la question, le sociologue Laurent Mucchielli ne comprend pas non plus pourquoi le terrorisme ne régresse pas. « Ces résultats vont à l'encontre de tous nos travaux de sociologie depuis des décennies. Normalement le refus de la stigmatisation et l'ouverture à l'autre font reculer le terrorisme. Pourtant ce n'est pas ce qu'il se passe. Il va falloir changer la réalité, pour qu'elle corresponde à nos théories ! », propose-t-il dans un élan d'enthousiasme créateur.

A la rédaction de l'IMmonde, nous souhaitons que l'injonction de l'expert se réalise. Les merveilleuses expériences soviétique et vénézuélienne montrent que quand des intellectuels et des hommes politiques visionnaires s'engagent, la réalité finit par se plier à la théorie.

Write comment (0 Comments)